vie locale lagnieu

vie locale lagnieu

Résistance aux TMB

EVENEMENT NATIONAL: REUNION ANTI T.M.B. A ROMAINVILLE

Mercredi 14 Mars se tenait à Romainville en banlieue parisienne une réunion d’information publique anti T.M.B. organisée par l’ A.R.I.V.E.M.

1 (Copier)Y étaient présents l’ A.D.E.C.H. (Bayonne), la F.E.V.E. (Vendée) deux T.M.B. en fonction, un troisième en projet, Garosud (Montpellier) en but aux nuisances d’Ametyst, le Collectif des Bruyères d’ Obourg usine Itradec site d’ Havré (Belgique). Participaient également le C.N.I.I.D., les Amis de la Terre, Environnement 93, le Collectif 3R (Paris 13), le B.E.T. Horizon (risques, sécurité), C.N.M.S.E. (santé et environnement). Des stands d’information tenus par les membres des associations permettaient au public, de 17h à 19h, d’approcher les différentes facettes du problème. En ce qui concerne Romainville proprement dit, l’usine doit être construite, comme à Bayonne, en pleine zone urbaine.

Ensuite, une tribune, suivie par 5 à 600 personnes, exposait les différents aspects, expériences et possibilités pour sortir du piège.

2 (Copier)Dans une première partie, un chapeau sur le T.M.B. de Anne-Laure Wittman posait le débat. Pénélope Vincent de France Nature Environnement expliquait la théorie du procédé. Le cabinet d’étude Horizons, pour le volet sécurité, montrait les risques importants d’explosion et ses conséquences (de l’ordre de 250 morts dans un périmètre proche). Le docteur Francis Glemet déclinait tous les risques sanitaires liés à ce genre d’installation. Emmanuel Hyest, premier vice président de la Chambre d’Agriculture de l’ Eure, désignée, à son insu, pour demander à ses adhérents d’épandre le  »compost » obtenu à Romainville, nous faisait part de l’avis défavorable de celle-ci, vu la mauvaise qualité de celui obtenu à partir du procédé T.M.B.

 

4 (Copier)Dans la deuxième partie, François Vasquez de Montpellier nous rappelait la triste et édifiante histoire d’ AMETYST. Puis ce fut l’autopsie de l’usine T.M.B. Ircantec, histoire belge kafkaïenne, fort humoristiquement racontée par Eric Bubois du Collectif des Bruyères, Michel Molia après avoir fait le point sur la situation de Bayonne, apporta la touche d’espoir finale en parlant de l’expérience, couronnée de succès, de tri sélectif des fermentescibles à la source, menée à Usurbil et Hernani au Pays Basque Sud.

Les différentes expériences ont permis de tirer des grandes lignes de la façon d’agir des industriels de l’ordure et des décideurs. Tout d’abord omerta la plus longue possible, puis mise au pied du mur devant l’urgence en niant toute autre solution, enfin morgue, mépris et dédain pour ceux qui protestent et apportent des possibilités de solutions différentes. Au besoin passage en force en utilisant des procédés limites et des dérogations.

Dans toutes les expériences vécues rapportées, le procédé T.M.B. ne répond pas aux objectifs fixés.

5 (Copier)Pour essayer de palier aux insuffisances et aux nuisances et pollutions de toutes sortes, il y a mise en place d’ avenants et de surcouts nombreux, mais toujours inefficaces. Le cout d’exploitation est exorbitant, le gain écologique pratiquement nul: le  »compost » obtenu est de mauvaise qualité, empli de résidus de verre, de plastique déchiquetés, piles bouton, sans parler des produits chimiques et des médicaments que le procédé n’élimine pas. Il doit donc être incinéré ou partir à l’enfouissement!!! Le méthane produit (appelé  »grisou » dans les mines) est refusé par les réseaux G.d.F. car trop corrosif.

Les participants sont tombés d’accord sur l’organisation d’une action nationale concertée. Plusieurs possibilités sont à l’étude.

Quoi qu’il en soit, dès à présent, une coordination de fait de tous les sites menacés, ou subissant déjà, une T.M.B., s’est créée. L’ A.D.E.C.H. en est une des associations  »moteur ».

 

http://www.adech.fr/?p=765#more-765



27/03/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres