vie locale lagnieu

vie locale lagnieu

"Que choisir" se met le doigt dans l'...eau potable

 

Ci-dessous le coup de gueule bien compréhensible d'IGEPAC, au sujet du dossier complaisant de "Que choisir".

 

Le scoop printanier provocateur de QUE CHOISIR : l’eau du robinet est de bonne qualité !

 

QUE CHOISIR : un expert, et de plus indépendant ? ? A vous de juger.

 

couverture-mini.png

 

Un dossier plus que douteux est publié ce mois de mars 2012 dans le magazine QUE CHOISIR avec cette FAUSSE affirmation provocatrice : il ne faut pas avoir peur de l’eau du robinet qui est de bonne qualité !!!

 

Confondre potabilité et absence de polluant, c’est très grave pour un média digne de ce nom.

 

Page 16 - le scoop

  page 16b

  

D’où peut provenir une telle affirmation ? On ne nous le dit pas mais ce qui est certain c’est que ce même discours, sans indication précise des sources, vous le trouverez chez les distributeurs d’eau privés ou non : « moi, je vends de la bonne eau ». Des mots ... pour vendre. Normal de la part des distributeurs qui ne vont pas vous dire qu’ils vous empoisonne sournoisement, certes à petites doses ( des milliers de fois les doses homéopathiques, tout de même ). En revanche et toujours avec le même discours des distributeurs, QUE CHOISIR nous dit la vérité : nos ressources en eau sont en constantes dégradations.

 

Page 18 - Preuve d’une méconnaissance de la réalité

« on ne peut faire confiance qu’à l’eau des villes » !

 

  page 18a

  Vraiment du n'importe quoi !!!

 

A l'exception des fausses informations,

et de la fausse analyse de la réalité du terrain,

cet article est vraiment très bien ... imprimé.

 

Moi qui achète de l’eau de source … des montagnes françaises !!!

Et les biberons des petits nourrissons parisiens avec leurs 40 µg/l de nitrates et autres pesticides non recherchés … , mais l’eau de Paris est sans aucun doute de l’eau potable. C’est peut-être pourquoi un adulte peut se retrouver parfois avec des problèmes de croissance, de nervosité incontrôlée et d’instabilité gestuelle ...

 

  sourire bb

 

 

Page 19 - Autres preuves caractéristiques

d’une méconnaissance de la réalité

 

  page 19a

 

Nous avons de nombreux articles sur ce blog qui prouvent

 

- qu’une eau potable peut contenir depuis des années des polluants à fortes doses,

 

- que les analyses de notre eau ne tiennent pas compte des polluants réellement présents

 

- et que le site gouvernemental ne donnent pas toutes les analyses.

 

Conclusion

 

Que ce magazine se cantonne à nous faire ce qu’il sait faire, des comparaisons de prix et qu’il arrête de désinformer sur des sujets qu’il ne maîtrise pas. L’eau n’est surtout pas un domaine de sa compétence et igepac vous le prouvera avec du vécu ultérieurement. Confondre potabilité et absence de polluants c’est vraiment très grave pour un média digne de ce nom. En attendant, le mal est fait.

 

La deuxième partie moins périlleuse pour la clientèle du magazine est sur « la ressource en péril », elle est donc plus honnête.

 

Pour terminer cet article, page 16,

la preuve d’une FAUSSE information gratuite*,

liste non exhaustive :

( * à 4 € 40 ! )

 

  page 16a

 

 

Les cas de non-conformité se raréfient ? Faut-il encore le prouver. Sur ce blog le constat journalier n’est pas celui-là. Une preuve en fin d’article parmi d’autres est donnée en comparant la présence des nitrates et des pesticides en 2006 et 2009, en BOURGOGNE, la tendance serait plutôt inverse. Si de nombreux captages sont abandonnés, de nouvelles analyses de molécules révèlent une pollution latente qui n’est pas de bonne augure pour l’eau des nourrissons et des jeunes corps humains en formation, mais ce n’est pas la clientèle de QUE CHOISIR.

 

Publier ce genre de scoop régulièrement pour se faire inviter sur France Inter ou à la télé … je sais qu’il faut de l’argent pour subsister sans pub, mais il y a des limites sanitaires à ne pas franchir. L’incompétence peut parfois être dramatique et surtout avec l’eau qui est le comburant vital de notre corps. A cette catégorie de « journalistes » je préconise qu’ils s’intéressent aux transferts des molécules nutritionnelles de nos aliments dans notre organisme et après quelques années de formation, qu’ils reviennent nous informer, simplement faire leur boulot. Il est vrai également que le journalisme subit la mutation de notre société et que la déontologie n’est plus ce qu’elle était, c’est ce que nos mutants de tous bords appellent le progrès!

 

 

 

 

//www.igepac.com/article-le-scoop-printanier-provocateur-de-que-choisir-l-eau-du-robinet-est-de-bonne-qualite-100139552.html



05/03/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres