vie locale lagnieu

vie locale lagnieu

Nationaliser les banques !!

à Paul Jorion

Paul Jorion né le 22 juillet 1946, est anthropologue et sociologue, spécialisé dans les sciences cognitives et l'économie.

le blog de Paul JORION http://www.pauljorion.com/blog/

Paul Jorion né le 22 juillet 1946, est anthropologue et sociologue, spécialisé dans les sciences cognitives et l'économie.
 

 

Spécialiste des questions économiques

« Aujourd’hui, la Grèce emprunte sur les marchés à 17,82 % sur 10 ans et 42,96 % sur deux ans. C’est un taux de faillite. »


La dette grecque serait « hors de contrôle ». Qu’en pensez-vous ?

 

On s’en doutait depuis un moment. Car les plans qui ont été imposés l’an dernier à la Grèce par les représentants de la zone euro et du FMI étaient intenables. Notamment les mesures dont on savait qu’elles allaient enflammer la rue : les privatisations, des réductions drastiques, la baisse des salaires, l’augmentation des impôts etc. Et cependant, il y a des dépenses faramineuses qu’on n’a pas voulu remettre en question, ce sont les dépenses militaires. Car elles arrangeaient certains partenaires comme la France et l’Allemagne qui vendent des armes à la Grèce.

Que faut-il faire ?

Il va falloir refaire les comptes et restructurer la dette grecque avec des conséquences considérables pour les Grecs. Aujourd’hui, la Grèce emprunte à 17,82 % sur 10 ans. Et à 42,96 % sur 2 ans ! C’est un taux de faillite. Elle ne peut pas aller chercher de l’argent sur le marché à ces taux-là. Cela précipite la chute de ces États déjà endettés.

Les créanciers européens et notamment français sont-ils particulièrement exposés ?

Ah, oui ! On le sait depuis longtemps. On sait que la Société Générale est particulièrement exposée. C’est pourquoi les prétendues rumeurs qu’il y a eu ces derniers temps n’étaient pas des rumeurs. Mais la lecture de lettres confidentielles que différentes banques envoient à leurs clients fortunés. Il n’y a pas eu de campagne orchestrée par les États-Unis mais des informations qui montrent que la France et l’Allemagne vont devoir payer.

C’est-à-dire les banques…

La situation qui se prépare risque d’être difficile pour les banques françaises dont on voit mal comment elles pourraient échapper à une nationalisation partielle ou un soutien effectif de l’État, le temps de les renflouer.

Propos recueillis

par Marcel GAY (l'est républicain 2/09/2011)

 

http://www.estrepublicain.fr/fr/france-monde/france-monde/info/5624569-a-Paul-Jorion



02/09/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres