vie locale lagnieu

vie locale lagnieu

Les inquiêtudes cachées de Fukushima

 

 

DÉBUT D’INVENTAIRE A FUKUSHIMA, par François Leclerc

23 avril 2012 par François Leclerc | Print DÉBUT D’INVENTAIRE A FUKUSHIMA, par François Leclerc

Billet invité.

L’heure est à des découvertes peu encourageantes et à une première révélation tardive de Tepco, l’opérateur de la centrale de Fukushima-daiichi. Il vient seulement de révéler où avait été mesuré en novembre dernier un important niveau de radioactivité de 1,6 Sv/h dans le réacteur n°3. C’était aux abords immédiats d’un sas de quatre mètres de hauteur qui permet d’accéder avec des machines à l’intérieur de l’enceinte de confinement de deux mètres d’épaisseur lors des opérations de maintenance. Depuis, un robot muni d’une caméra a pu observer que la porte de béton pesant environ 70 tonnes ne l’obturait plus et avait été déplacée de près deux mètres sur ses rails ! Sans qu’aucune explication ne soit donnée. Rien n’a été dit à propos de l’état de la cloison étanche en acier qui se trouve côté cuve du réacteur. En tout état de cause, il s’agit d’un grave déconfinement. (Merci à Gen4).

La visite du réacteur n°2, à l’intérieur duquel un niveau très bas de l’eau a été constaté, indiquant une fuite, a été l’occasion d’une inspection par le robot Survey Runner de son « tore », un vaste anneau qui entoure le bas de la cuve du réacteur et communique avec elle, dont la fonction est de permettre la condensation de la vapeur d’eau qui en provient. À la recherche d’une fuite, le robot n’a pas permis de la localiser. Il n’a pu filmer que la partie supérieure du tore, le dessous lui étant inaccessible. Il en résulte que l’eau contaminée, dont le cheminement n’est toujours pas connu, continue de se répandre dans les sous-sols techniques et dans le sol de la centrale.

L’emploi de robots permet de commencer à inventorier la situation, là où il est exclu que des humains puissent se rendre. Survey Runner a pris la succession de Quince II, entamant le début d’une longue série d’explorations et d’enquêtes. Tout en permettant de filmer autour d’eux et de mesurer la radioactivité ambiante, ces robots restent toutefois d’un emploi limité. Soit parce qu’ils ne sont pas étanches, ou bien parce qu’ils sont arrêtés dans leur progression par des obstacles, soit encore parce que leurs composants ne supportent pas des niveaux trop élevés de radioactivité. L’opérateur en dépend pourtant largement, de nombreux instruments de mesure ne fonctionnant plus. L’exemple de la panne de l’un des deux thermocouples (thermomètres) situés dans le bas de la cuve du réacteur n°2 est plus inquiétant, l’exploration même par un robot de cet endroit n’étant pas envisageable.

Des endoscopes sont également utilisés, lorsqu’il est possible de les introduire dans les installations, ou de les plonger dans ses zone immergées. Mais leurs observations ont été souvent perturbées par la vapeur ambiante ou par des artefacts dus aux radiations.

Les premières explorations réalisées illustrent sans attendre l’énormité des difficultés que vont rencontrer les artisans du démantèlement de l’ensemble des installations de la centrale.

Tepco a également rendu public le projet d’édification d’une structure auto-portante en acier de 70m x 30m x 50m destinée à permettre de retirer ultérieurement de la piscine n°4 – très fragilisée et depuis renforcée – les 1.500 assemblages de combustible qu’elle contient. Une concentration qui suscite de très vives inquiétudes en raison des conséquences qui pourraient en résulter si la structure en venait à faillir. La nouvelle construction supportera une grue et sera enveloppée par une toile munie de filtres destinés à empêcher la propagation des particules radioactives lors des opérations. L’ampleur des moyens nécessaires pour ce seul déchargement donne une idée du gigantisme du chantier, étant donné les contraintes qu’impliquent des installations nucléaires, qui plus est dans leur état actuel.

Au fur et à mesure que des découvertes sont faites – quand elles sont reconnues par l’opérateur – le démantèlement apparaît de plus en plus lourd et complexe. Qu’en sera-t-il quand il faudra en venir à la question des trois coriums, à propos desquels le silence continue de régner ?



23/04/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres