vie locale lagnieu

vie locale lagnieu

Les Banksters plus forts que les états

L'Argentine obtient un sursis contre les fonds « vautours »

Par Isabelle Couet | 29/11 | 10:10 | mis à jour à 11:05
//www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202418825077-l-argentine-obtient-un-sursis-contre-les-fonds-vautours-515631.php

Buenos-Aires a remporté une manche contre les fonds « vautours ». Elle n'aura pas besoin de leur verser 1,3 milliard de dollars en décembre. Le risque d'un défaut imminent est levé.

AFP
AFP

Ce n'est qu'une petite victoire, mais elle met fin à la série de revers judiciaires essuyés cette année par l'Argentine. Buenos Aires vient d'obtenir un sursis de la Cour d'appel des Etats-Unis. La semaine dernière, un juge new-yorkais avait ordonné au pays de verser 1,33 milliard de dollars sur un compte sous séquestre d'ici le 15 décembre. Cette somme correspondait au montant dû par le gouvernement argentin à certains fonds spéculatifs, qualifiés de fonds « vautours » car ils achètent la dette des Etats ou entreprises en faillite. Elliott est le plus célèbre d'entre eux. L'Argentine n'aura donc pas à s'exécuter dans l'immédiat. La Cour d'appel des Etats-Unis rendra une décision le 27 février.

Ce sursis permet de lever le risque d'un nouveau défaut en décembre, onze ans après la spectaculaire faillite du pays. En effet, le juge de New-York exigeait que l'Argentine rembourse les fonds vautours (à qui elle n'a pas versé un centime depuis 2001) chaque fois qu'elle verserait de l'argent aux autres créanciers, c'est à dire à ceux qui ont accepté d'échanger leurs obligations argentines en 2005 et 2010, en acceptant une réduction importante de leurs créances. Buenos Aires devait honorer une échéance à leur égard le 15 décembre. Or, pour contourner l'injonction de New-York, le pays aurait pu ne pas les payer, ce qui aurait provoqué un défaut technique.

Redevances pétrolières de Total

La bataille entre l'Argentine et les fonds vautours dure depuis des années. Le choix du gouvernement argentin de se référer au droit de New-York dans ses contrats obligataires explique pourquoi la Cour du District Sud de New-York a été saisie. Les fonds spéculatifs réclament depuis toujours d'être remboursés à hauteur de 100 % de la valeur faciale des titres qu'ils ont acquis, même s'ils les ont achetés à prix cassé *. Buenos Aires les ignore depuis le début, mais honore ses engagements envers les autres créanciers. C'est cette inégalité de traitement qui a été dénoncée par le juge Griesa à New York. L'Argentine doit rembourser tout le monde ou personne, selon les mêmes « termes ».

Buenos Aires a assuré il y a quelques jours que le Parlement allait étudier la possibilité de payer les fonds « vautours », mais selon un mode de calcul différent de ce que réclame la cour de New-York. Le gouvernement argentin préférerait les rembourser non pas sur la base de la valeur nominale d'origine des obligations (100 %), mais sur la base de la valeur décotée des titres (celle issue des restructurations de 2005 et 2010).

Les chances pour qu'Elliott et les autres fonds (Aurelius...) acceptent un tel compromis -s'il leur est vraiment proposé -semblent maigres. Elliott a récemment montré sa détermination en saisissant un navire argentin au Ghana. Le fonds tente de faire valoir sa créance partout dans le monde, notamment en France, où il voudrait obtenir la saisie des redevances pétrolières de Total **(qui a un contrat d'exploitation en Argentine).

ISABELLE COUET

 

*Elliott les avait acquises à prix cassé - on parle de 30 % de la valeur faciale.

 

** Elliott, le plus célèbre des fonds vautours, s'est tourné vers les juridictions françaises à partir de 2009, à travers sa filiale NML. Son but ? Mettre la main sur des actifs de l'Etat argentin pour effacer une partie des pertes subies sur des obligations argentines achetées entre 2001 et 2003 .

 

En procès contre Buenos Aires aux Etats-Unis, le fonds Elliott est connu pour traquer les déplacements de la diplomatie argentine. En 2008, il avait installé un rat géant devant l'ambassade à Washington. En 2009, il avait obtenu temporairement le gel des comptes bancaires de l'ambassade à Paris. Et lors du récent voyage de Cristina Kirchner à New York pour l'Assemblée de l'ONU, le fonds a mobilisé des jeunes contre la présidente. La « Libertad », frégate école de la marine argentine, est bloquée par Elliot  depuis le 2 octobre dernier dans un port du Ghana.

 

Elliott est dirigé par Paul Singer, l'un des soutiens financiers du candidat républicain Mitt Romney.

 

ELLIOTT MANAGEMENT

          Paul Singer

 

Le principe des fonds vautours est de racheter les créances qui ont perdu de leur valeur suite à la faillite de l'Etat argentin au début des années 2000. Les fonds vautours  tentent de récupérer la totalité de la valeur des créances "valeur faciale" et les intérets théoriques ( créances payées à prix cassé ).

Selon un document du gouvernement argentin, 800 poursuites auraient été lancées depuis 2001, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Japon. En France, l'Argentine est menacée de saisies.

Les fonds vautours, confortés par la décision du juge Griesa de New York, pourraient mettre à genoux n'importe quel état qui a un moment aurait renégocié ses dettes. Une menace très lourde sur les négociations menées sur la dette Grèque.( NDR)



07/12/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres