vie locale lagnieu

vie locale lagnieu

la crise démocratique

Les mouvements populaires récents et actuels qui se sont déroulés ou se déroulent dans le monde Arabe ou en Europe, nous renvoient à notre propre fonctionnement démocratique.

Ainsi, au cours des dernières élections (cantonales, régionales, européennes), on constate que sur 100 français adultes  :

  • 14 ne se sont pas inscrits sur les listes électorales
  • entre 36 et 44 sont allés votés
  • environ 10 ont voté pour l’UMP, “parti majoritaire”
  • entre 6 et 9 ont voté PS, “parti d’opposition”.

Rappelons que l’UMP possède 55 % des sièges à l’Assemblée Nationale, et le PS 35 %.

À ce niveau là, l’Assemblée n’a plus de légitimité politique. Elle n’en n’a plus au niveau sociétal : elle ne compte même pas 20 % de femmes, guère  de représentants du monde ouvrier ou employé, pratiquement aucun député d’origine étrangère ou musulman par exemple.

Mais nous allons nous intéresser ici à un problème profond : le vieillissement de l’Assemblée.

Comme on le voit, l’Assemblée ne cesse de vieillir. Celle élue en 2007 est la plus vieille, les 55-64 ans étant pratiquement majoritaires. L’écart avec la population représentée est très important. Les grand perdants sont en fait les moins de 40 ans, dont la présence relève du symbolique. Cela ne nécessite-t-il pas un nouveau combat, au même titre que la parité ?

On observe ici la progressivité du vieillissement, la génération arrivée en 1981 ayant fort peu laissé de place aux suivantes.

Comme l’a montré Louis Chauvel, ce phénomène s’est déjà produit (mais dans une moindre mesure), avec la génération issue de la Résistance, élue à l’assemblée en 1946, et qui a tenu l’affiche jusqu’au renouvellement de 1981.

Plus de 30 ans après le renouvellement de 68 , 2012 sera-t-il un nouveau printemps d’une nouvelle génération politique ?



31/05/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres