vie locale lagnieu

vie locale lagnieu

Eau potable la France devant la cour de justice de l'UE

La Commission européenne traduit la France devant la Cour de justice de l’UE pour n’avoir pas pris les mesures efficaces contre la pollution des eaux par les nitrates.

 

 

Bien que la directive «Nitrates» soit en vigueur depuis 1991, la France n’a toujours pas désigné un certain nombre de zones vulnérables à la pollution par les nitrates, et il lui reste à adopter des mesures pour lutter efficacement contre cette pollution dans ces zones.


 

La pollution par les nitrates et ses conséquences visibles en Bretagne, n’est que l’arbre qui cache la forêt de l’eau polluée.


Pourquoi les nitrates  en particulier ? Les nitrates, comme les phosphates sont des sels minéraux, solubles dans l’eau, donc facilement assimilables et rejetables par notre organisme. Dans notre estomac d’adulte séjourne une acidité qui n’existe pas encore chez le nourrisson et donc, les nitrates ingérés par un bébé se transforment en nitrites. Ces nitrites vont ensuite perturber l’équilibre sanguin*, c’est pourquoi ils sont interdits à la consommation pendant la grossesse et les premiers mois du bébé, l’eau utilisée pour la préparation des biberons ne doit donc pas contenir de nitrates. Si les nitrates ne sont pas des poisons pour les adultes, leur présence doit nous rendre vigilants car les cultures associent aux nitrates toujours des pesticides qui, eux, sont de véritables poisons. Les insecticides et les herbicides présentent les plus gros dangers pour la santé de l’homme. En tant que produits organiques, ils se concentrent préférentiellement dans les tissus graisseux de l’organisme. Beaucoup de substances sont reconnues comme produits toxiques ou cancérigènes. En concentration dans l’eau, les pesticides sont reconnus être 500 000 fois plus dangereux que les nitrates. Leur limite de qualité est de 0,1microgramme par litre, comparée aux 50 milligrammes des nitrates.

Les pesticides peuvent être regroupés en quatre familles :

- les fongicides qui détruisent les champignons parasites ;

- les bactéricides qui luttent contre les maladies bactériennes (constitués d’antibiotiques) ;

- les insecticides qui détruisent les insectes (les organochlorés, et les organophosphorés) ;

- les herbicides ou désherbants qui détruisent les mauvaises herbes. Ils dérèglent la fonction chlorophyllienne des plantes. On distingue les herbicides minéraux comme le nitrate de cuivre ou le chlorate de sodium et les herbicides organiques comme les dérivés du crésol, diphénol, ou des phythormones.

L’accumulation de ces substances dérègle le processus de régulation cellulaire au sein d'un tissu et déclenche ainsi une maladie, un cancer à plus ou moins long terme, en fonction de la fragilité des organismes.

Il n’y a pas que l’eau de boisson qui contienne des pesticides. La plante alimentaire, en contact avec ces substances chimiques va s’en imbiber et contaminer les animaux, les hommes. C’est ainsi que de nombreux pesticides se retrouvent dans notre alimentation puis dans notre corps.

 

Les professionnels de l’agriculture, devraient réfléchir aux conséquences de l’emploi des pesticides sur leur propre santé (récent procès Monsanto**) et sur la santé de leurs enfants. Aujourd’hui, ils jouent leur survie économique, pressés de toutes parts par la société de consommation… Il faut aussi penser à demain et à après demain.
Le jardinier amateur devrait supprimer ou limiter au maximum l’utilisation de produits chimiques, … c’est un réflexe naturel disparu, à réapprendre.

 

Il y a tant à dire sur l’eau dite « potable! ».

 

Un grand merci au blog IGEPAC qui m'a permis de trouver les références techniques indispensables à cet article.(NDR)


http://www.igepac.com/article-les-eaux-que-nous-buvons-2-la-chimie-de-l-eau-potable-cahier-igepac-65535082.html


* L'hémoglobine est une protéine dont la principale fonction est de véhiculer l’oxygène dans notre organisme. Elle réside principalement dans les globules rouges du sang ce qui leur donne la couleur rouge. L’ion nitrite diminue l’apport d’oxygène, en transformant par oxydation l’hémoglobine en méthémoglobine, une protéine qui ne transporte pas l’oxygène.

** Le procès opposant Paul François, agriculteur charentais intoxiqué au Lasso, puissant herbicide commercialisé par Monsanto jusqu'en 2007, a eu lieu à Lyon lundi 12 décembre.



06/03/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres