vie locale lagnieu

vie locale lagnieu

Durée du travail est-ce vraiment le problème?

LE TRAVAIL : UN MODÈLE À REPENSER ?, par FOD

26 janvier 2012 par Julien Alexandre
//www.pauljorion.com/blog/?p=33164#more-33164

À l’encontre de certaines idées reçues ou discours remettant en cause la réduction du temps de travail, il est temps de faire le point sur cette épineuse question, d’autant plus importante que là encore un effort de réflexion devra être entamé pour penser les nouvelles formes et les nouvelles conditions du travail de demain.

Pour entrer dans le vif du sujet, un 1er constat s’impose. Comme le 1er graphique le démontre, nous assistons globalement depuis 30 ans à un mouvement quasi-général de réduction du temps de travail (tous emplois confondus : salariés et non salariés).

Sur l’ensemble des pays pour lesquels nous disposons de données longues, seuls 3 pays ont augmenté la durée du travail : Russie, Mexique et Suède.

Sur les 10 dernières années, la tendance se maintient et s’inverse pour la Russie et la Suède avec un pourcentage qui passe en négatif (réduction du temps de travail) et pour la Belgique et les Pays-Bas qui passent au contraire à un pourcentage positif (augmentation du temps de travail).

Ces chiffres sont globalement confirmés, à quelques centièmes près, par l’OCDE, à l’exception des Pays-Bas, de la Slovaquie et de la Norvège qui selon leurs sources auraient vu leurs temps de travail diminuer respectivement de -4,04, -3,15 et -8,42 %.

Comme vous pouvez le voir, la tendance lourde est à une baisse du temps de travail, tendance qui se confirme sur la dernière décennie pour le travail salarié à l’exception du Mexique, de la Hongrie et de la Belgique soit 3 pays sur les 24 référencés par l’OCDE avec des données complètes sur cette période.

Abordons maintenant l’autre question épineuse sur la durée effective de travail.

Comme le graphique ci-dessous le montre, il existe de grandes disparités. Entre les Coréens qui travaillent en moyenne 2193 heures par an et les Néerlandais 1377 heures, le solde est de 816 heures, soit une différence – sur la base d’une journée de 8 heures – de 102 jours.

Ce graphique a également le mérite de montrer que contrairement au discours dominant, les Français ne sont pas ceux qui travaillent le moins. Cela dit, il présente un intérêt limité sans l’ajout d’un autre marqueur de comparaison, car c’est là que les choses deviennent intéressantes.

Ces chiffres doivent en effet être comparés à la productivité horaire et, ô surprise ! en partant sur une base 100 OCDE, nous constatons grâce aux courbes de tendance que les pays où la productivité horaire est la plus forte sont aussi ceux où l’on travaille le moins.

En d’autres termes, un travailleur norvégien produit plus de richesses en une heure de travail qu’un travailleur chilien ou mexicain.  Un constat s’impose donc : plus la productivité augmente, plus le temps de travail se réduit. Processus apparemment normal dans la mesure où sous l’effet conjugué des progrès techniques et numériques et à niveau de demande identique, un bien ou un service peut être produit plus rapidement. Il est bon de rappeler à ce propos que selon un document officiel du ministère de l’Economie et des Finances, La désindustrialisation en France (1), 65 % des destructions d’emplois entre 2000 et 2007 sont liées directement à des gains de productivité.

Mais alors pourquoi persister à vouloir augmenter la durée de travail alors même que nous avons déjà atteint des records en termes de productivité horaire ?

La réponse est assez simple et repose sur l’illusion que nous offre cet autre tableau.

Nous voyons ici clairement qu’il existe une légère corrélation entre la croissance et le nombre d’heures travaillées. Le résultat serait encore plus éloquent avec la Chine ; malheureusement, nous ne disposons pas de données fiables sur la durée effective de travail dans ce pays.

Partant donc du principe que plus on travaille, plus le taux de croissance augmente, nos élites, toutes acquises à la pensée « croissantiste » qui constitue l’essentiel sinon le seul référentiel de leur idéologie, s’y accrochent fermement comme à une vieille lune. Or les chiffres de ce tableau ne sont pas aussi catégoriques que ce qu’ils nous donnent à voir à première vue. En effet, il est à noter que :

1/ dans le haut du tableau (supérieur à 100 en nombre d’heures), 4 pays ont un taux de croissance inférieur à celui de l’OCDE : la Grèce, la Hongrie, les États-Unis et l’Italie.

2/ dans le bas du tableau, malgré un nombre total d’heures travaillées inférieur à la moyenne OCDE, 10 pays affichent des taux de croissance identiques voire supérieurs à la moyenne, à savoir par ordre d’importance : l’Australie, le Luxembourg, la Suisse, la Suède, l’Autriche, les Pays-Bas, le Canada, la Finlande, l’Islande et l’Espagne.

La relation de cause à effet entre durée du temps de travail et croissance n’est pas aussi évidente qu’il y paraît au premier abord.

Quant au rapport entre heures travaillées et taux de chômage, il se dégage du graphique ci-dessous une très légère corrélation entre baisse du taux de chômage et réduction du temps de travail ce qui nous laisse à penser que le partage du travail, principe à l’origine des 35 heures, recèle quelque bien fondé à la condition expresse que ce partage ne se fasse pas uniquement sous la forme de temps partiel dont le corollaire est une baisse substantielle des revenus salariaux. À titre d’exemple, c’est justement à cause de cette politique-là que l’Allemagne, le modèle soi-disant incontournable, voit aujourd’hui son taux de pauvreté flirter avec les 15 % soit 12 millions d’allemands (2).

Voilà quelques graphiques qui permettent de relativiser le discours de ceux qui remettent en cause la réduction du temps de travail et font de son augmentation une panacée censée résoudre tous nos problèmes.

Face aux gains de productivité entraînant dans leur sillage des destructions nettes d’emplois (rappel : 65 % selon le rapport précité), tous les discours sur le « travailler plus » perdent toute pertinence.

En outre, toujours selon le même rapport, les délocalisations industrielles seraient responsables de 13 % des destructions d’emplois, statistique qui relativise aussi tous les beaux discours que l’on nous sert actuellement sur la nécessaire réindustrialisation. Qu’elle soit utile, personne ne peut le nier, mais de là à la présenter comme une solution miracle, il y a peut-être un pas que la décence ou la raison devrait nous empêcher d’accepter comme un fait certain.

De toute évidence, le problème est ailleurs, et pas uniquement dans les différences de coût de main d’œuvre qui seraient à l’origine des délocalisations. Au contraire, les gains de productivité apparaissent beaucoup plus importants dans leur effet destructeur. Par ailleurs, cette destruction non compensée, comme en atteste les taux de chômage, apporte pour l’heure un démenti formel à la théorie du déversement d’Alfred Sauvy (3).

Quoi qu’il en soit, la réduction du temps de travail s’est amorcée depuis 30 ans. Certes, nous sommes encore loin de la société libérée du travail rêvée par Marx et Keynes, et franchement, je ne sais pas si une telle société serait vraiment désirable. Mais une chose est certaine : si les gains de productivité continuent à détruire autant d’emplois, et faute d’innovations entraînant un « déversement » (4), nous serons dans l’obligation tôt ou tard, de façon à permettre à tous une vie décente, de repenser, à l’instar de Dominique Méda (5) et de Pierre Larrouturou (6), le partage du travail et/ou la relation entre revenus et emplois (7).

(1) //www.tresor.bercy.gouv.fr/etudes/doctrav/pdf/cahiers-2010-01.pdf

(2) //www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/12/21/97002-20111221FILWWW00332-la-pauvrete-stagne-en-allemagne-etude.php

(3) //fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_du_d%C3%A9versement

(4) Le New Deal Vert pourrait peut-être – je précise bien « peut-être » – répondre en partie à cette problématique du « déversement ». Dans « Prospérité sans croissance », en se basant sur une étude de la banque HSBC, Tim Jackson fait remarquer que sur les 2,8 billions de dollars de relance économique enregistrés en février 2009, 15,6 % des financements avaient un objectif écologique. Ils sont bien sûr trop faibles pour atteindre les objectifs climatiques et nous protéger de la rareté énergétique. Toutefois, selon une étude (citée par Jackson p.116) du Political Economy Research Institute de l’Université du Massachusetts, 100 milliards de dollars investis dans une relance verte créerait 18 % d’emplois en plus que la même somme investie pour les dépenses de consommation des ménages.

(5) « Si on veut donner un coup d’arrêt à la croissance, sans provoquer une crise majeure de l’emploi, il faudra l’accommoder d’un véritable partage du travail. Et passer aux 32 heures ou à autre chose. Mais il faudra faire un pas supplémentaire. » //www.bastamag.net/article1449.html

(6) //www.lemonde.fr/politique/chat/2007/03/05/pierre-larrouturou-la-semaine-de-4-jours-creerait-1-6-million-d-emplois_878877_823448.html

(7) Je vous invite à prendre connaissance de cet article paru le 26 janvier sur le site Bastamag qui nous propose une recension de toutes les expériences menées en ce domaine. //www.bastamag.net/article2056.html



27/01/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres