vie locale lagnieu

vie locale lagnieu

Décodage de la visite du président aux restos du coeur

Nicolas Sarkozy fête Noël avant l'heure


publié le 22/12/2011 à 21:01 Le Figaro.fr 

Nicolas Sarkozy visite les Restos du cœur, jeudi à Vitry, accompagné de Véronique Colucci,et de Nicolas Sarkozy visite les Restos du cœur, jeudi à Vitry, accompagné de Véronique Colucci,et de Roselyne Bachelot;Roselyne Bachelot; Crédits photo : POOL/REUTERS
  S'abonner au Figaro.fr

Le chef de l'État a visité jeudi les Restos du cœur et reçu des prêtres à dîner à l'Élysée.

Voici donc Noël, et le temps des «bonnes actions». À deux jours de la trêve des confiseurs, et avant de s'envoler pour Prague, où ont lieu vendredi les obsèques de Vaclav Havel, Nicolas Sarkozy a profité d'une dernière journée parisienne pour envoyer des signaux au monde associatif mais aussi aux catholiques. Il s'est d'abord rendu dans un entrepôt des Restos du cœur à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), d'où sortent 6 millions de repas par an, avant de rencontrer des familles dans un centre de distribution du XVe arrondissement. Sans micros, ni caméras. «Les Restos (…), c'est le visage d'une France généreuse, attentive, avec des tas de gens qui dans la discrétion donnent de leur temps, de leur énergie pour ceux qui souffrent, a lancé le président. Une belle France!»

« Remontées de terrain »

À Vitry, Sarkozy a déambulé entre les montagnes de colis entreposés et salué les bénévoles et les salariés (souvent en insertion) de l'association, sous le regard goguenard de Coluche, dont la photo est placardée partout. Sa veuve, Véronique Colucci, accompagnait le président, ainsi que deux ministres, Bruno Le Maire et Roselyne Bachelot. Le président s'arrête devant deux magasiniers, en contrat aidé. «Nos contrats s'arrêtent en avril, après plus rien, commence l'un d'eux… Si on peut trouver quelque chose…» «C'est le but» répond le président, avant de lancer: «Bonnes fêtes, quand même!» «Beaucoup de choses au bébé», glisse le deuxième salarié. «Ah, oui! Jeune papa!», s'extasie le président, qui ajoute, en apprenant que les enfants des deux salariés sont majeurs: «Finalement, je suis beaucoup plus jeune que vous!»

Au cours d'une table ronde, le chef de l'État est revenu sur la prolongation pour deux ans, arrachée de haute lutte par Bruno Le Maire, du programme d'aide européen aux plus démunis, qui était menacé par l'Allemagne notamment. «Je ne critique pas nos amis allemands, j'essaye de faire avec, a lancé le président. Une Europe qui ne s'occuperait plus de ses pauvres serait une Europe qui se renierait. Pour nous, ce n'était pas négociable.»

Sarkozy a estimé aussi que la France devait «refonder sa politique du logement, quoi qu'il arrive» semblant dessiner une piste pour la campagne. «Ça ne va pas!» a-t-il tranché, en regrettant l'embolie du système du logement social. «Qui a le droit d'être dans un logement social et ce droit est-il un droit à vie ou pas? Cette dernière question n'est jamais posée comme ça…» Il a toutefois estimé qu'une revalorisation du budget ne changerait rien: «Les logements sociaux ont triplé en dix ans. Il y a quelque chose de désespérant… C'est inextinguible.» Un salarié s'impatiente, frustré: «Il s'agit d'un enjeu national. Il n'est pas tolérable de voir des enfants à la rue!»

Ce n'est pas simplement Noël qui a suscité cette journée. L'Élysée dispose de «remontées de terrain» indiquant que le président est «faible» sur les thèmes de l'équité et de la justice. «Il y a eu des erreurs au début du quinquennat qui ont permis à la gauche de lui coller ce sparadrap de président des riches, analyse un proche. Il faut rééquilibrer les choses. Par ailleurs, il ne faut pas que son action à l'international le déracine des souffrances du quotidien.» «Le président voulait faire quelque chose de doux dans ce monde extrêmement dur», ajoute un conseiller.

En rentrant à l'Élysée, le président a reçu la veuve et les enfants du policier décédé il y a deux semaines après une fusillade fin novembre à Marseille. Il a ensuite réuni ses collaborateurs, et leurs conjoints, pour un pot, dans le jardin d'hiver de l'Élysée. Dans la soirée, il a poursuivi sur cette lancée «esprit de Noël» en recevant à sa table une dizaine de jeunes prêtres catholiques.

 

 

Note du Rédacteur du blog (NDR):

Merci à la PRAVDA-FIGARO de décoder pour nous les intentions du pas encore candidat Sarkozy.

 

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/12/22/01002-20111222ARTFIG00481-le-president-fete-noel-avant-l-heure.php


La visite présidentielle n'avait qu'un seul but: améliorer son image dégradée.

On peut souligner aussi son intention d'intervenir sur le logement social en "choisissant" mieux les bénéficiaires des logements. Offensive lancée par  Laurent Wauquiez qui déclarait le 25/10/11 «Le but (...) c'est juste de faire en sorte que le logement social aide mieux ceux qui travaillent»,  sans dire ce qu'il ferait des chômeurs qui bénéficient de ces logements sociaux. 

http://www.20minutes.fr/ledirect/812558/wauquiez-veut-reserver-logements-sociaux-travailleurs



07/01/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres