vie locale lagnieu

vie locale lagnieu

accident nucléaire de FUKUSHIMA encore beaucoup d'incertitudes

Fukushima



PROVISOIRE : L’ACCIDENT SURVENU DANS LES REACTEURS 1 ET 3 DE LA CENTRALE DE FUKUSHIMA

Un très violent tremblement de terre de 8,9 de magnitude sur l’échelle de Richter s’est produit le vendredi 12 mars 2011. Son épicentre se situait à 300 km à l’est des côtes du Japon. Il a été suivi d’un tsunami dévastateur dont les vagues de 10 mètres de haut ont ravagé les côtes orientales du pays.

L’accident nucléaire survenu sur les réacteurs N°1 et N°3 de la centrale de Fukushima à la suite du tsunami est en cours. Les ingénieurs et techniciens japonais continuent leurs efforts pour le maîtriser. Le dimanche 13 mars, les informations données par les autorités et les médias sont contradictoires, les unes suggérant une fusion du cœur, d’autres une heure plus tard que le cœur ne serait pas endommagé.



Un tsunami d’une rare violence
Le Tsunami du 11 octobre, a été d’une rare violence comme en témoigne ce navire retrouvé dans une ville de la préfecture de Miagy. Des milliers de personnes sont portées disparues et des villes rayées de la carte. Si médiatiques soient-elles, les peurs engendrées par le nucléaire (qui jusqu’à ce jour restent au niveau de la menace) doivent être mesurées à l’aune de ces drames,
REUTERS/Kyodo

Quelques éléments méritent cependant d’être soulignés.



L’accident n’est pas du type de Tchernobyl comme beaucoup le craignent. A Tchernobyl le réacteur qui n’était pas arrêté s’est emballé relâchant les produits très radioactifs présents dans le cœur. Ce relâchement qui - dura 8 jours à la suite de l’incendie du modérateur en graphite – fut à l’origine du nuage.

L’accident est dû à un défaut de refroidissement alors que les réacteurs s’étaient automatiquement arrêtés immédiatement après le tremblement de terre. Après l’arrêt, le cœur d’un réacteur continue à dégager une chaleur considérable du fait des désintégrations radioactives en son sein. Cette chaleur qui représente 7 % de la puissance du réacteur 1 seconde après l’arrêt diminue régulièrement mais l’entement. Si le cœur n’est pas correctement refroidi, il s’échauffe et peut fondre.



L’ explosion du réacteur N°1 de Fukushima
Le samedi 12 mars au matin, le toit et une partie du mur du bâtiment réacteur de l’unité N°3 de la centrale de Fukushima a été détruit par une explosion. On attribue cette explosion à de l’hydrogène décomposé à partir de l’eau par les gaines de combustibles portées à haute température par un défaut de refroidissement. Cette hydrogène très mobile se serait accumulé en haut du bâtiment réacteur. Malgré l’explosion, il semble que l’enceinte représentée au milieu ait continué de jouer son rôle de confinement de la radioactivité du cœur du réacteur.
NNK-World

L’accident s‘apparente à celui de Three Mile Island. A Three Mile Island, il y eut fusion du cœur par suite d’un défaut du système de refroidissement. A Fukushima, C’est la violence du tsunami qui a endommagés les circuits de refroidissement. Dans les deux cas, les produits très radioactifs du cœur sont restés confinés dans la première enceinte de confinement.

Pour refroidir d’urgence, il faut introduire injecter de l’eau, y compris de l’eau de mer …, d’où après ébullition des excès de pression qu’il faut évacuer sous forme de bouffées de vapeur. La radioactivité de ces rejets radioactifs est minime comparée à celle du nuage de Tchernobyl. Ce fut le cas à TMI, ce sera celui du réacteur japonais si son enceinte de confinement continue de tenir,

A Fukushima, une partie de l’enceinte du bâtiment réacteur N°1 a été détruite par une explosion d’hydrogène, signe de la décomposition de l’eau par les gaines de combustibles à haute température, ce qui suggère une fusion partielle du cœur. Lundi 14, une explosion similaire d'hydrogène s'est produite sur le caisson du réacteur N°3 causant 11 blessés. Cette explosion était redoutée à Three Mile Island, mais ce n’est pas produite.

Aujourd’hui comme à Three Mile Island, on a évacué les populations par précaution. Contrairement aux milliers de morts ou disparus du tsunami, les évènements liés au réacteurs jusqu'à ce jour n'ont pas faits de morts grâce à ces mesures.

Les réacteurs de Fukushima appartiennent à la filière à eau bouillante (REB) qui n’avait pas eu d’accident jusqu'ici. Celui de Three Mile Island était un réacteur à Eau Pressurisée (REP), dont l’accident a contribué à améliorer la sûreté



14/03/2011
7 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres