vie locale lagnieu

vie locale lagnieu

abandon du nucléaire en Allemagne

La sortie du nucléaire en Allemagne: scénarios de politique énergétique

Note du Cerfa* n°93, février 2012

Télécharger le document (FR)

Au-delà des enjeux politiques, la sortie du nucléaire décidée en 2011 par le gouvernement fédéral allemand a d’importantes conséquences sur l’économie et la politique énergétique. Cette étude analyse différents scénarios de transition énergétique et examine les conséquences en termes de besoin d’énergie, de prix de l’électricité ainsi que d’émissions de CO2. Indépendamment du développement des énergies renouvelables, les différents effets des centrales au gaz et au charbon en remplacement de l’énergie nucléaire ont été calculés puis comparés, et d’autres scénarios possibles ont été explorés.

L’étude montre que cette sortie du nucléaire n’a de conséquences sur le prix de l’électricité pour les ménages que dans une très faible mesure. De la même manière, la compétitivité économique ne court aucun danger majeur étant donné que les prix de l’électricité pour l’industrie et les clients du marché de gros n’augmenteraient que temporairement. Toutefois, il est possible que les émissions de CO2 du secteur allemand de l’électricité connaissent une augmentation en fonction de la date de sortie. De plus, outre le développement des énergies renouvelables, il est également nécessaire de construire de nouvelles centrales à combustible fossile, voire de prolonger la durée de vie d’installations plus anciennes pour garantir la sécurité de l’approvisionnement.

Des propositions en termes de gouvernance sont également formulées. L’harmonisation au niveau européen de la politique de soutien aux énergies renouvelables et l’intégration de nouveaux secteurs dans le système européen d’échange de droits d’émissions sont préconisés. De même, la création en Allemagne d’un conseil permanent pour la politique énergétique et climatique s’avèrerait utile aussi bien pour les décideurs politiques que pour l’information du public et donc la légitimation des décisions prises.

 

 

 

Le contexte historique de la décision Allemande

 

À la suite de l’accident de réacteur survenu à Fukushima, le gouvernement allemand a décidé au cours de l’été 2011 de fermer définitivement avant 2022 toutes les centrales nucléaires en Allemagne. Ce n'est pas la première fois qu'une telle décision est prise en Allemagne. Déjà en 2002, le gouvernement de l’époque, auquel participaient les sociaux-démocrates et les écologistes, avait fait voter la sortie du nucléaire dans le cadre de ce que l’on appelait le « Consensus de l’Atome », fruit de négociations avec les fournisseurs d’énergie. Sachant que les centrales nucléaires ont une durée de vie de 32 ans, il était prévu de sortir du nucléaire vers 2021. Le système européen d'échange des droits d'émission, qui est chargé de définir une limite des émissions de CO2 générées par la production d’électricité à partir de combustible fossile, avait été créé en 2005 en connaissance du contexte de sortie du nucléaire en Allemagne.
En 2009, les chrétiens-démocrates et les libéraux sont arrivés au pouvoir avec un programme électoral prévoyant de revenir sur ce compromis de l’atome et avec la volonté de prolonger l’utilisation des centrales nucléaires. Cette volonté s’est concrétisée en octobre 2010 avec une modification de la loi de sortie qui prolongeait la durée de vie des centrales nucléaires et repoussait donc la date de sortie définitive jusqu’en 2038. Les événements de Fukushima ont cependant amené la chancelière allemande Angela Merkel à réagir rapidement par la décision en mars 2011 d’un moratoire de trois mois pour huit centrales nucléaires, dans un premier temps. Entre mars et juin 2011, de nombreux débats sur la date de sortie du nucléaire ont animé la politique allemande : les discussions portaient sur des sorties en 2015, 2017 ou 2022. Une Commission d’éthique a été créée par le gouvernement pour examiner en détail les bases de décision et leurs conséquences dans la perspective du maintien de la sécurité de l'approvisionnement. La présente étude est survenue à cette période. Commandée par la Fondation Friedrich Ebert afin d’explorer plusieurs scénarios de sortie, elle a été achevée en juin 2011.Fin juin 2011, le sort de l'atome en Allemagne est définitivement scellé et la sortie de l’énergie nucléaire fixée pour l’année 2022. Le gouvernement est ainsi revenu à la décision qui avait déjà été prise en 2002.

 

 

* Le Comité d’études des relations franco-allemandes (Cerfa) a été créé en 1954 par un accord gouvernemental entre la République fédérale d’Allemagne et la France. Le Cerfa bénéficie d’un finance-ment paritaire assuré par le Ministère des Affaires étrangères et euro-péennes et l’Auswärtiges Amt ; son conseil de direction est constitué d’un nombre égal de personnalités françaises et allemandes.



21/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres