vie locale lagnieu

vie locale lagnieu

A fond dans le brouillard

LE PROGRES de l'AIN

Méthanisation des déchets : Organom remet la pression

 

La maquette du projet Ovade. L’usine de méthanisation sortira-t-elle enfin de terre sur le site de la Tienne à Viriat ?  / Photo DR

La maquette du projet Ovade. L’usine de méthanisation sortira-t-elle enfin de terre sur le site de la Tienne à Viriat ? / Photo DR

Malgré les vicissitudes, le comité syndical montre sa volonté d’avancer sur le projet Ovade. Il provisionne 14 millions d’euros pour la construction de l’usine de la Tienne. Début des travaux prévu en juillet, si tout va bien

« Yes, we can ! » Jeudi soir, au comité syndical d’Organom réuni à Chazey-sur-Ain, Monique Duthu a un peu fait sienne la devise d’Obama. « Oui, on peut »… croire en l’avenir de l’usine de méthanisation Ovade sur le site de la Tienne (Viriat), voire en celui de l’extension du centre de stockage de Vaux (Le Plantay, Marlieux), et ce, malgré l’annulation par le tribunal administratif, du plan départemental d’élimination des déchets ménagers (nos éditions de dimanche).

Dans une mise au point préliminaire, la présidente du syndicat mixte a commenté le jugement. Il porte, selon elle, sur le secteur particulier de Vaux, mais ne préjuge en rien des travaux en cours. « Ils ont été entrepris pour stocker des déchets inertes et installer un quai de transfert essentiel sur cette zone. Même si le plan départemental est annulé, il faudra trouver des solutions. Les riverains ont une image pervertie par la verrue qu’ils ont eue sous les narines pendant des années. Ce que nous voulons faire n’a rien à voir. »

Juridiquement, l’extension du site de Vaux est couverte par une déclaration d’utilité publique prise par le préfet. S’impose-t-elle pour l’instant (les riverains ont aussi attaqué la DUP en justice) à la décision du tribunal ? Question en suspens. Tout comme la possibilité d’appel.

« De toute façon il n’est pas suspensif. La balle est dans le camp du conseil général qui doit se remettre à l’ouvrage pour préparer un nouveau plan », exhorte Monique Duthu.

Quoi qu’il en soit, pas question de céder un pouce sur l’usine de méthanisation. « Une expertise est en cours. Elle a pour but d’interroger le projet pour le pérenniser. Une fois cette expertise terminée, les travaux démarreront en juillet », affirme la présidente, entre volontarisme et méthode Coué. Pour preuve de cette détermination, le budget primitif a provisionné 14 millions d’euros à la ligne « constructions Ovade » de la section d’investissement.

« Je suis prêt à parier que vous ne les dépenserez pas. Rien ne dit que les travaux commenceront en juillet », a fait observer le président de la communauté de communes de la plaine de l’Ain, Jean-Pierre Herman, en dénonçant « un budget surévalué ». « Le budget prévisionnel est justement fait pour être ajusté dans l’année » lui a répondu Monique Duthu. « Cette option politique montre notre volonté d’avancer sur le projet. »

À propos de politique, l’exécutif d’Organom a très mal pris les spéculations sur le retour d’un éventuel incinérateur. Monique Duthu : « Il est facile d’agiter des chiffons rouges. Le débat a eu lieu. Il a été tranché en 2005. Si certains souhaitaient le relancer, ils feraient preuve de légèreté, d’irresponsabilité et de méconnaissance du dossier. »

En « parenthèse » de la présentation du budget primitif, le vice-président aux finances, Bernard Perret, s’est dit « choqué par certaines déclarations dans la presse et sur France 3. » Allusion à peine voilée aux propos du président du conseil général Rachel Mazuir. Selon lesquels : « La méthanisation posait un certain nombre de problèmes. Refuser systématiquement l’incinération nous semblait excessif » (nos éditions de dimanche). À peine effleuré, le sujet de l’incinérateur met déjà le feu aux poudres. Aux cantonales, ça pourrait fumer.

Contributions

Chaque intercommunalité verse à Organom une double contribution. Pour 2011, elle est de 3 euros par habitant et de 90 euros HT (5 euros de plus qu’en 2010) à la tonne.

Bonus-malus

Il prend désormais en compte les volumes entrants en déchetteries (ordures ménagères et encombrants), et non plus le volume de tri sélectif.

Compensations

Bourg Agglomération (- 42,50 euros HT/t) et Centre-Dombes (- 4 euros HT/t) bénéficient de compensations pour mise à disposition des sites de la Tienne et de Vaux. La Vallée de l’Albarine (- 10,50 euros HT/t), Bords de Veyle et Chalaronne-Centre (- 17 euros HT/t) voient leurs participations réduites pour non-existence de quais de transferts.

928 452 euros

La contribution par habitant 2011. 3 euros multipliés par les 309 484 habitants des 18 intercommunalités.

6 343 403 euros

La contribution à la tonne 2011. 90 euros HT multipliés par 80 000 tonnes (61 500 t d’ordures ménagères et 18 500 t d’encombrants). Chiffre obtenu après application du bonus-malus et des compensations.

Externalisation

Organom envoie une partie de ses déchets se faire brûler ailleurs. 31 500 tonnes d’ordures ménagères sont incinérées à Bourgoin et Villefranche. 13 080 tonnes d’encombrants le sont en cimenteries. Coût total en 2011 : 4 753 477 euros.

22 710 313 euros

Le budget prévisionnel de fonctionnement 2011.

17 983 172 euros

Le budget prévisionnel d’investissement 2011. Dont 14 millions pour la construction d’Ovade. Le budget prévisionnel a été adopté à l’unanimité, moins 4 voix contre.

Marc Dazy
Paru le 26/02/2011


26/02/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres